Saisissez votre mot-clé

post

6 raisons pour lesquelles il est plus facile pour les adultes d’apprendre une langue

6 raisons pour lesquelles il est plus facile pour les adultes d’apprendre une langue

On entend souvent que plus on apprend une langue tôt et plus c’est facile. Il est aisé d’en conclure que passé un certain âge, il est trop tard pour apprendre une nouvelle langue. C’est faux !

Il n’y a pas d’âge pour apprendre une langue. On peut commencer à n’importe quel moment. Il est même conseillé, pour entretenir la santé de son cerveau, d’apprendre tout au long de sa vie. Voici 6 raisons pour lesquelles il est plus facile d’apprendre une nouvelle langue à l’âge adulte

1 – Apprendre, c’est créer des liens

Pour mémoriser efficacement un mot nouveau, il faut pouvoir l’associer à quelque chose de connu. Il est plus facile pour un adulte que pour un enfant de créer des liens avec ce qu’il connaît déjà tout simplement parce qu’il connaît plus de choses. Mémoriser qu’en breton « paresseux » se dit « lezirek » est plus facile si on connaît le mot anglais « lazy ». Les adultes sont également plus aptes à produire des associations d’idées : un mot pourra leur rappeler une chanson, un slogan, un dicton connu… Ils ont plus de matière à leur disposition pour mémoriser efficacement et durablement les nouvelles informations.

2 – La mémoire est un muscle

Le cerveau est malléable tout au long de notre vie, de nouvelles connexions peuvent se créer à tout âge. Il n’ y a pas de date limite pour acquérir de nouvelles compétences. Avoir une bonne mémoire est une question d’entraînement. Les enfants sont, en permanence, en situation d’apprentissage. Il passent leurs journées à découvrir de nouvelles choses. Ils sont entraînés à apprendre et consacrent leurs journées à cela. Pour les adultes, la mémoire est une compétence qui s’entretient et qui peut se réactiver si nécessaire. Il existe des techniques pour l’améliorer qui donnent des résultats étonnants et cela à n’importe quel âge.

3 – Les adultes ne partent pas de zéro

Chacun d’entre nous a déjà des connaissances sur lesquelles s’appuyer pour progresser. Quelle que soit la langue que l’on aborde, il y a toujours la possibilité de retrouver des structures, des mots, des images proches de ce que l’on connaît déjà. En breton, par exemple, même un débutant complet connaît quelques mots. Par le biais de l’environnement : les panneaux, les noms de lieux, les noms de famille, les expressions et mots passé dans le langage courant…Vous pouvez vous amusez à chercher combien de mots vous connaissez. Vous serez surpris du résultat. On en connaît toujours plus que ce qu’on imagine.

4 – Les adultes savent comment apprendre

A l’âge adulte, on se connaît mieux. Au fil des années, on a mit au point des techniques d’apprentissage qui nous sont propres. On sait comment on fonctionne et ce qui nous plaît. Il est essentiel de prendre appui sur tous ces atouts pour booster son apprentissage.

5 – La motivation est un moteur puissant

Lorsqu’on décide d’apprendre le breton à l’âge adulte, on le fait dans un but bien précis : en faire sa langue de travail ou pouvoir communiquer avec des personnes qui nous sont chères, par exemple. En gardant cet objectif à l’esprit, le travail va être plus efficace car motivé par quelque chose d’important. Les résultats ne seront pas les mêmes si on décide d’apprendre le breton juste pour passer le temps. De la même manière, les enfants qui abordent une matière sans en voir l’intérêt auront des résultats moyens dans ce domaine.

6 – L’apprentissage est plus ciblé

Les adultes apprennent de manière plus efficace. Les enfants sont dépendants des adultes pour leur apprentissage et bénéficient au bout de plusieurs années d’un vocabulaire assez réduit, pas toujours utilisable dans les situations du quotidien. Les adultes savent en général précisément quel est leur objectif et dans quel contexte ils veulent utiliser la langue. Ils ne vont pas perdre de temps à apprendre le vocabulaire qui ne leur est pas utile dans l’immédiat. On peut très bien se faire comprendre dans une langue sans connaître le nom des animaux de la ferme, par exemple.

Les enfants qui suivent une scolarité bilingue français-breton atteignent en moyenne le niveau B1 en fin de CM2, c’est le niveau que des adultes peuvent atteindre à la fin d’une formation intensive de 6 mois !

Il y a de nombreux exemples d’adultes qui ont commencé à apprendre une langue tardivement et qui ont égalé, voire surpassé des locuteurs ayant appris la langue dans leur enfance. Alors pourquoi ne pas commencer maintenant ?

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.