Saisissez votre mot-clé

post

Stajidi Roudour Lannuon : Tost 6 miz a eskemmoù hag a blijadur / Près de 6 mois d’échanges et de plaisirs partagés

Stajidi Roudour Lannuon : Tost 6 miz a eskemmoù hag a blijadur / Près de 6 mois d’échanges et de plaisirs partagés

Tost echu eo prantad ar stummadur 6 miz evit ar stajidi a zesk brezhoneg gant Roudour. A-benn dek devezh-bennak e krogo ar stummadur barrekaat gant lod anezho. Poent eo distreiñ war ar c’hejadennoù hag ar dizoloadennoù o deus graet stajidi Lannuon e-pad ar 6 miz-se e brezhoneg. Heuliomp Erwan Aleksanian, o stummer, a ginnig  deomp lod abadennoù eus ar prantad pinvidik-se ha leun a blijadur ennañ.

La formation de 6 mois est presque terminée pour les stagiaires qui apprennent le breton avec Roudour. Dans une dizaine de jours commence la formation de renforcement. Il est temps de revenir sur les rencontres et les découvertes des stagiaires de Lannion durant ces 6 derniers mois. Suivons Erwan Aleksanian, leur formateur qui nous présente certains des évènements de cette période riche et pleine de bonheur.

D’an 9 a viz Du 2017, e ti Fulup Saouzanet e Lannuon :

Degemeret e oamp bet gant Fulup du-se. Kelenner eo e Lise Feliks An Danteg met hemañ a ra kavelloù aozilh ivez ha diskwelet en doa dimp penaos e ra : Troc’hañ a ra da gentañ kreskennoù koad haleg eus e jardin ha goude e laka anezhe da drempañ en ur penton leun a zour glav e-pad teir sizhun. Neuze, pa vez gwevn a-walc’h ar skourroù-se e c’hall stummañ ha distummañ anezhe a-benn sevel kavelloù. Gant e vag ec’h a da lakaat anezhe er mor, e-kostez Landreleg war barrouz Pleuveur ha tapout ligistri goude !

Fulup nous a accueilli chez lui. Professeur au lycée Felix Le Dantec, il fabrique aussi des casiers en osier, et nous a fait découvrir son savoir-faire : Il coupe des pousses de saules dans son jardin, puis les trempe dans une cuve d’eau de pluie pendant 3 semaines. Alors les branches sont assez flexibles pour confectionner les casiers. C’est avec son bateau qu’il va les mettre à l’eau du côté de Landreleg, pour attraper du homard, pardi !

D’an 16 a viz Du e ti Marivon ha Gireg Konan e Perros Gireg :

Gortozet e oamp gant Marivon ha Gireg en o liorzh, gwir baradoz anezhi. Goude bezañ graet anaoudegezh e oa aet ar stajidi da glask, pep a follenn gante, delioù gwez kistin, skourrig un ivinenn, pe c’hoazh delioù tilh, raden, gargel … Da glozañ e oamp bet pedet da dapout merenn holl asambles. Trugarez dezho !

Nous étions attendus par Marivon et Gireg dans leur petit paradis de jardin. Après avoir fait connaissance, les stagiaires, sont allés chercher des feuilles de châtaigner, d’If, de tilleul, de fougères, ou encore de fragon. Pour clore la journée, nous nous sommes tous retrouver autour d’un gouter. Un grand merci à eux !

D’an 11 a viz Genver e oa deuet Madalen An Amour ( Evned ma liorzh- Skol Vreizh) :

Pedet hor boa Madalen, brezhonegerez a-vihanik ganet en Ploubêr ha skrivagnerez, da zont da gaozeal diwar-benn an evned ha da gontañ dimp un tamm eus he buhez. Evned ma liorzh eo titl he levr e lec’h ma ro ar gaoz d’an evned dindan divizoù etreze. Un digarez da lakaat ar gaoz asambles war an natur hag ar vuhez war ar-maez tost eus al loened. Goulennoù hag eskemmoù e-leizh a oa bet war implij ar brezhoneg gwechall, hiziv an deiz er skolioù, gant tud ar vro, hag all hag all …

Nous avons invité Madalen, bretonnante de naissance, née à Ploubezre et Ecrivaine, à venir nous présenter son livre. Evned ma liorzh ( les oiseaux de mon jardin ) en est le titre, où ce sont les oiseaux eux-même qui racontent leurs aventures . C’était l’occasion avec elle de parler de la nature, de la vie à la campagne près des animaux. De nombreux échanges et de questions aussi sur l’emploi du breton autrefois, aujourd’hui, dans les écoles, avec les gens du pays, etc, etc…

D’ar 25 a viz Genver e chapel Gerfaouez gant Jean-yves Le Moing :

E chapel Gerfaouez e oamp en em gavet gant Jean-Yves, war barrouz Ploubêr. Hennezh a anavez mat-tre al lec’h ha kinniget en doa ur weladenn eus ar c’hentañ. Dindan an heol e oamp krog gant an diavaez e-lec’h ma veze gwez faou gwechall , ar pezh en deus roet he anv d’ar chapel. En diabarzh hor boa gellet sellet ouzh ar jube, kizellet an daouzek apostol outañ. Trugarez da Jean-Yves evit ar mare plijus-se !

Nous avons retrouvé Jean-Yves à la chapelle de Kerfon-en-Kerfaouës dans la commune de Ploubezre. Celui-ci connait très bien le site et nous a proposé une visite sans pareil. Nous avons commencé sous le soleil, à l’extérieur, là où autrefois régnaient les hêtres qui ont donné son nom à la chapelle. A l’intérieur, nous avons pu admirer le jubé, sur lequel sont sculptés les 12 apôtres. Merci Jean-Yves pour ce super moment !

D’an 1 a viz C’hwevrer 2018 gant Monik Gentil ( Mammigoù ) :

Bet e oa Monik o weladenniñ ac’hanomp evit displegañ dimp penaos e oa bet savet ur vagouri e-kostez Karaez : aozañ ar raktres, reolennoù diouzh al lezenn, implij amzer … Deuet e oa ur bern levrioù ganti ivez : peadra da gaout danvez evit soubañ divskouarn ar re vihan gant rimadelloù, istorioù ha kontadennoù. Ganti hor boa desket un nebeud re, Yannig an difouper neizhioù en o zouez, anavet mat gant ar re gozh zoken. Trugarez dit Monik evit an distro-mañ er vugaleaj !

Monique est venue nous voir pour nous expliquer comment a été créée une crèche du côté de Carhaix, du nom de Mammigoù. Organisation du projet, règlementation, emploi du temps… Elle a apporté de nombreux livres aussi. De quoi faire l’oreille des tout-petits avec des comptines, des contes et des histoires. Elle nous en a même appris quelques-unes dont Yannig an difouper neizhioù, que les anciens connaissent bien. Merci Monik pour ce voyage en enfance !

D’an 8 a viz C’hwevrer hor boa degemeret Marthe Vassalo :

Deuet e oa Marthe da weladenniñ ac’hanomp e lise Feliks An Danteg e-lec’h ma oa liseadez. Gant startijenn ha levenez he doa kontet dimp penaos e oa krog da zezkiñ brezhoneg d’an oad a bevarzek bloaz el lise-mañ  evit mont da studiañ donoc’h ar yezh e Skol-Veur Roazhon. Kazetennerez evit Frañs 3 e-pad ur c’houlz e oa sachet muioc’h-muiañ gant ar c’han, ar pezh ‘zo deuet da vezañ he micher a-benn ar fin. Eskemmoù pinvidik a oa bet gant ar stajidi a oa en em ginniget tro ha tro o tisplegañ abalamour da betra o doa choazet da zeskiñ brezhoneg. Kendalc’het e oa ar gaoz war ar skrivañ hag ar c’hanañ. Trugarez dezhi da vezañ deuet gant kement a startijenn !

Marthe est venue nous rendre visite au Lycée Felix Le Dantec, là où elle fut elle même lycéenne. Dynamique et enjouée, elle nous a raconté comment elle avait appris le breton à l’age de 14 ans ici pour poursuivre l’étude de la langue ensuite à l’université de Rennes. Comment, alors qu’elle était journaliste pour France 3, elle se sentait de plus en plus attirée par le chant et en a finalement fait son métier. Les stagiaires lui ont tour à tour expliquer ce qui leur avait fait choisir d’apprendre le breton. Puis, cet échange riche s’est poursuivi sur l’écriture et le chant. Merci à elle pour sa belle énergie !

D’an 21 a viz C’hwevrer gant Tangi Yekel :

Tangi a oa deuet da welet ac’hanomp evit kaozeal eus implij ar brezhoneg. Skolaer divyezhek eo abaoe un daouzek bloaz bennak bremañ. O wellaat e vrezhoneg emañ abaoe pell, c’hoant gantañ bezañ kat da eskemm gant e vamm-gozh da gentañ ha tamm ha tamm gant tud ar vro. Bet e oa o tastum gerioù, frazennoù e-touez brezhonegerien eus kostez Bear ha savet ul lec’hienn internet gant sikour mignoned all : Brezhoneg Bro Vear an hini eo.

Tangi est venu nous rendre visite afin de parler de l’emploi de la langue bretonne. Instituteur depuis une douzaine d’année, celui-ci continue de perfectionner son niveau en breton. Il souhaitait être capable d’échanger avec sa grand-mère tout d’abord, et puis petit à petit avec les gens du coin. Il a collecté les mots, les phrases employés par les bretonnants du pays de Bégard, et a créé avec l’aide d’amis, un site internet : Brezhoneg Bro Vear ( Le breton du pays de Bégard ).

D’an 8 a viz Meurzh, e ti Maï-Klaod Ar Biwig :

Da dapout startijenn a-raok ar valeadenn hor boa debret ul lip e bav a gig ha farz fardet gant Erell ha Maodez, gwir geginerien anezhe. Ha goude bezañ graet anaoudegezh gant Maï-Klaod ouzh taol, e oa poent dimp heuliañ anezhi betek he zi da welet he c’hezeg, he c’hi hag he c’hizhier. Ne vez ket druz ar peuriñ gant ar c’hezeg e-fin ar goañv ha ret eo dezhi degas plouz ha beterabez dezhe da c’hortoz an Nevez-Amzer. Ar c’hi a esae klask c’hoari gant ar c’hazh… damgousket. Dre chañs en em glev mat an daou reoù-se  ! Div pe der c’hazeg a vez laosket da douzañ ha da demzañ ar jardin dirak an ti. Amañ ‘ z eus plas evit al loened ha ral a wech ec’h eont er marchosi : Bevañ frank a zo kalz gwelloc’h memestra ! Bugale ar c’harter a blij dezhe alies dont da welet ar familh bras-se ! Trugarez dit Maï–Klaod da vezañ diskwelet da baradoz dimp.

Pour se donner de l’énergie avant la balade nous avons mangé un délicieux Kig ha farz, cuisiné par Erell et Maodez. Et après avoir fait connaissance avec Maï-Klaod à table, il était temps de la suivre jusqu’à sa maison pour voir ses chevaux, son chien et son chat. L’herbe n’est pas bien grasse en fin d’hiver pour les chevaux, et Maï doit leur apporter du foin et des betteraves en attendant le printemps. Le chien essaye de jouer avec le chat, qui lui, est assoupi. Ces deux là s’entendent bien, heureusement. Deux ou trois juments sont devant la maison à tondre et enrichir le jardin. Ici, il y a de la place pour les bêtes et rares sont les fois où ils sont à l’écurie. La liberté est bien plus chouette ! Les enfants du quartier aiment à venir souvent voir cette grande famille. Merci à Maï-Klaod de nous avoir fait découvrir son paradis.

Erwan Aleksanian

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.