0
  • Votre panier est vide

    Vous n'avez pas d'article dans votre panier

Recherche sur le site de Roudour

post

Stummer Roudour Andrev Sezneg en abadenn Bali Breizh ! Le formateur de Roudour Andrev Seznec dans l’émission Bali Breizh !

Gant Andrev Sezneg, stummer Roudour anezhañ, eo aet skipailh Bali Breizh da bourmen e Pont-n-Abad er Vro Vigouden.

Adalek 9 munutenn e lak ar gaoz diwar-benn e vicher e Roudour hag an hentennoù a vez implijet gant ar stummerien : “Evit deskiñ ar yezhadur ez eus ur mod anvet TPR, Total Physical Response e saozneg. Da lâret eo e vez lakaet ar stajidi d’ober jestroù evit ur poent yezh bennak. Lakomp : ar c’helenner, asambles gant ar stajidi, a sav, diskouez ur voger, ur gador… Ha goude-se e vez lakaet ar stajidi o unan d’ober (…). Goude-se ur wech tapet mat ganto, unan bennak a lâr dezho “Diskouez…”. E-giz-se ez eus moaien da welet kement poent yezhadur ha dont en-dro war petra en deus graet ha tout. Neuze e vez pazennet an traoù e-giz-se. (…) N’eo ket un dra difetis war ar paper pe troet e galleg. (…) Efedusoc’h eo peogwir eo un dra graet.” (Lenn hor pennad : Notre méthode – Scop Roudour)

Andrev Sezneg a respont ivez d’ar goulenn “Abalamour da betra eo dav deskiñ brezhoneg ?” : “Evidomp eo a-bouezh, Bretoned, dreist-holl e Breiz Izel, anavezout ar brezhoneg peogwir e ra perzh eus outomp. Me am eus soñj pa ne ouien ket brezhoneg e oa un dra, ur mank din-me. (…) Bremañ ez eus labour ivez gant ar brezhoneg, dreist-holl er skolioù met en diavaez ivez.” (Lenn hor pennad : Travailler en breton – Scop Roudour)

L’équipe de Bali Breizh est allée se promener à Pont-l’Abbé, dans le Pays Bigouden, avec Andrev Sezneg, formateur à Roudour.

Il parle de son métier à Roudour et des méthodes qui sont utilisées : “A Roudour, pour apprendre la grammaire, on utilise la méthode TPR, Total Physique Response en anglais ou Réponse Physique Totale en français. Cela signifie que l’on fait en sorte que les stagiaires fassent des gestes afin de mémoriser un point de grammaire. Imaginons l’enseignant avec les stagiaires. Ils se lèvent tous ensemble, montrent un mur, une chaise… (…) Une fois qu’ils maîtrisent, on demande à l’un d’eux de montrer. Avec cette méthode, on peut voir chaque point de grammaire et y revenir. “Qu’a-t-il fait ?” Il y a ainsi une gradualité dans l’apprentissage. On procède ainsi dès qu’il y a un nouveau point de grammaire à aborder. (…) Ce n’est pas abstrait, ou traduit en français sur le papier. (…) C’est plus efficace car les gens sont actifs, ils font.” (Lire notre article : Notre méthode – Scop Roudour)

l’une de nos méthodes, LE TPR, permet une gradualité dans l’apprentissage. Ce n’est pas abstrait ou traduit en français sur le papier. C’est plus efficace puisque les gens sont actifs, ils font.

Andrev Sezneg répond aussi à la question “Pourquoi faut-il apprendre le breton ?” : “Je pense que c’est important pour nous, Bretons, surtout en Basse-Bretagne, de connaître la langue bretonne car elle fait partie de nous. Avant de la parler, j’avais un manque dont je ne m’étais pas rendu compte. (…) Et maintenant, il y a de l’emploi en langue bretonne. On peut trouver du travail dans cette langue, surtout dans les écoles mais pas seulement.” (Lire notre article : Travailler en breton – Scop Roudour)