0
  • Votre panier est vide

    Vous n'avez pas d'article dans votre panier

Recherche sur le site de Roudour

post

“Pour la reconnaissance de la langue bretonne par Pôle Emploi” : plus de 600 signatures pour la pétition lancée par trois stagiaires de Roudour 

“Pour la reconnaissance de la langue bretonne par Pôle Emploi” : plus de 600 signatures pour la pétition lancée par trois stagiaires de Roudour 

Elle a recueilli plus de 600 signatures en moins de deux semaines. La pétition “pour la reconnaissance de la langue bretonne par Pôle Emploi” interpelle Jean Bassères, directeur général de Pôle Emploi, et Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein-Emploi et de l’Insertion, sur cette situation ubuesque qui concerne toutes les langues minoritaires en France. L’objectif ? En faire une cause nationale. Rencontre avec Mickaël, Agnès et Yannick, les trois stagiaires en langue bretonne de Roudour à l’origine du projet.

“C’est cette compétence qui fait que j’ai toujours trouvé un emploi, commente Hélène de Cesson-Sévigné, en Ille-et-Vilaine (35). N’est ce pas l’objectif de Pôle Emploi ? Ineptie à corriger.” Mickaël, Agnès et Yannick, qui suivent actuellement une formation professionnelle de perfectionnement à la langue bretonne à Roudour, ont fait eux-même cet amer constat : impossible d’indiquer la compétence “langue bretonne” sur leur profil Pôle Emploi. 

Cette situation, ils la vivent personnellement puisque tous les trois sont demandeurs d’emploi. Ils ont donc décidé d’en faire leur projet de fin de formation : “Il y a une difficulté à mettre en relation les entreprises qui cherchent des personnes bretonnantes et les demandeurs d’emploi”, observe Agnès, 24 ans, qui a terminé ses études de patrimoine avant de s’inscrire à une formation intensive de neuf mois à Roudour à la rentrée scolaire 2021-2022. “Aucune annonce n’est bien référencée”, abonde Yannick, chaudronnier naval de profession âgé de 50 ans qui souhaite entamer une reconversion par la suite. Il précise ceci-dit : “Je ne pense pas que ce soit un acte délibéré de leur part.”

1 600 emplois équivalent temps plein en langue bretonne

Hors, 1 600 emplois équivalent temps sont comptabilisés par l’office public de la langue bretonne (Opab). L’Observatoire des pratiques linguistiques est actuellement en train de mener une nouvelle étude sur le sujet puisque la dernière date d’il y a neuf ans. En 2012, 79,7 % des postes se situaient dans l’enseignement, 8,8 % dans la gestion des structures ou encore 3,5% dans les médias. (En savoir plus : Quel est le marché de l’emploi dans l’enseignement en langue bretonne en 2021 ?  – Scop Roudour) Actuellement, les offres d’emploi se trouvent sur des sites tels que Labourzo, l’Opab ou encore Roudour (En savoir plus : Trois bonnes raisons d’apprendre la langue bretonne – Scop Roudour) via le réseau des structures en langue bretonne, le réseau Diwan et les anciens stagiaires. 

De nombreuses compétences mobilisées pour ce projet

Ainsi, les trois stagiaires se sont emparés du sujet dans le cadre d’un projet professionnel à mettre en place au cours des trois mois de perfectionnement à la langue bretonne, qui se tiennent de mars à juin 2022, dans le centre de formation quimpérois. Ils ont donc mis en oeuvre de nombreuses compétences dans la communication, aidés par les formateurs : créer un questionnaire à envoyer aux entreprises afin de leur demander leurs ressentis, écrire la pétition, mobiliser leur réseau… 

Prochaine étape : “préparer une lettre ouverte, développe Mickaël, informaticien de 42 ans. La pétition sert à faire du bruit sur ce sujet-là.” Le problème n’est en effet pas propre au breton mais à toutes les langues régionales de France.

👉 Sinit ar sinadeg / Signez la pétition : Pétition · Pour la reconnaissance de la langue bretonne par Pôle Emploi · Change.org