0
  • Votre panier est vide

    Vous n'avez pas d'article dans votre panier

Recherche sur le site de Roudour

Notre équipe

Jerom Ar Bloaz

FORMATEUR

Jerom Ar Bloaz est formateur à Roudour depuis septembre 2017. C’est avec les méthodes de la Scop qu’il a appris le breton auprès d’Elfenn et Andrev.

“N’attendez pas à vous inscrire en formation intensive !”

D’où êtes-vous originaire ?
Je suis né à Saint-Brieuc mais toute ma famille vient du côté de Spézet. Mes attaches viennent du Centre Bretagne.

Comment avez-vous appris le breton ?
J’ai suivi une formation intensive de Roudour en 2015 et ai beaucoup appris grâce à Andrev [NDLR : le deuxième formateur à Quimper] et Elfenn, qui travaillait à Roudour à l’époque. J’ai ensuite continué un peu tout seul avec Skol Ober qui donne des cours à distance car je n’avais personne dans mon entourage avec qui pratiquer régulièrement la langue. Mon père le comprend mais ne le parle pas, mes grand-parents paternels parlaient breton mais ne le lui ont pas transmis. J’ai ensuite passé une licence de breton par correspondance en 2017, année où j’ai commencé à devenir formateur à Roudour.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous y mettre ?
Cela faisait longtemps que l’idée me trottait en tête. Déjà, adolescent, je revendiquais plus de libertés pour la Bretagne mais n’avais jamais appris le breton, comme certains de mes amis avaient pu faire. J’en ai eu toujours envie mais je repoussais tout le temps. Et puis c’est grâce à une collègue de mon ancien travail à Leclerc que j’ai su que j’avais droit de bénéficier à une formation sur mon compte formation.

Vous qui avez été stagiaire à Roudour, quels sont les avantages de nos formations longues ?
Il y a pas mal de méthodes assez dynamiques et vivantes. J’ai été surpris de voir l’efficacité de certaines méthodes pour apprendre les conjugaisons par exemple. J’ai appris des choses sans forcer. Tout le monde s’y retrouve !

Qu’est-ce que le breton vous a apporté ?
Du travail, pour être terre à terre. Sinon, du plaisir ! J’ai d’abord fait cette formation pour le plaisir et non dans un objectif professionnel. Pour moi, c’est une évidence de parler la langue du pays où nous habitons. C’est un plaisir de parler le breton dans ma vie de tous les jours : je le parle avec mes amis en dehors du travail et ai même pu discuter avec ma grand-mère dans sa langue maternelle avant qu’elle ne décède.

Que diriez-vous aux personnes qui n’osent pas passer le pas de s’inscrire à une formation intensive ?
N’attendez pas ! Si vous êtes en poste, c’est très simple de faire une demande pour un congé formation. Cela ne prend pas beaucoup de temps.

NOS FORMATEURS

VOIR LES AUTRES PROFESSEURS DE LA SCOP ROUDOUR